mardi 9 mai 2017

"La Galerie des maris disparus" de Natasha Solomons







L'émancipation d'une jeune femme juive...


Natasha Salomons m'avait séduite avec "Jack Rosenblum rêve en anglais" fortement inspiré de l'histoire de ses grands parents émigrés et je me suis laissé tentée par "La Galerie des maris disparus" parce que ce roman est également un hommage à son autre grand-mère appelée Rosie.

Extrait page 451
Rosie était quelqu'un d'exceptionnel.
En 1948, son mari disparut. Il la laissa sans argent et avec deux jeunes enfants.
Mais Rosie était bien résolue à offrir une meilleure vie aux siens - un exploit pour une femme seule dans les Gorbals (quartier misérable de Glasgow) 
Elle ouvrit un salon de coiffure appelé "Rosie's" et son fils fut le premier de la famille à aller à l'université.
Cependant Rosie et son mari ne divorcèrent jamais, de sorte qu'elle resta une "agunah" (femme juive dont le mari a disparu mais qui reste "enchaînée" à lui...) jusqu'à la mort de ce dernier.



"La Galerie des maris disparus" situe l'action à Londres, fin des années 1950.




Le jour de son anniversaire, George, le mari de Juliet Montague se volatilise ! Pffft !

Normal, pense la mère de Juliet avec chagrin, c'est de ma faute, j'aurai du appeler ma fille Ethel... prénom typiquement juif... et non Juliet, prénom d'une héroïne romantique.

Juliet se retrouve donc seule avec deux enfants en bas âge, ni veuve, ni divorcée elle n'a pas le droit de refaire sa vie selon les règles de la communauté juive.
Mais Juliet a de la ressource, et je vous laisse découvrir ce que va devenir sa vie...





REVUE DE PRESSE

"Une belle leçon de féminisme."
Madame Figaro
"Aventure singulière et symbole de la libération des femmes, ce roman questionne notre perception de l'art tout en nous émouvant. Juliet ne cesse de nous fasciner dans sa capacité à résister à l'adversité."
Aurélia Durandal, Page des Libraires
"Un roman très original qui raconte comment le destin d'une femme ordinaire va basculer grâce à la peinture, à laquelle elle consacrera sa vie et qui l'éclairera."
Courrier Français
"Une héroïne très attachante."
Est Eclair
"Un beau roman qui évoque le long chemin vers l'émancipation des femmes."
E. Friedmann, Questions de Femmes
"Rythmé par une jolie idée - à chaque étape importante correspond un portrait d'elle peint par un artiste différent -; ce roman raconte un demi-siècle de la vie d'une femme qui trouve dans sa passion pour l'art la force de s'émanciper du regard des autres et gagne ainsi la liberté."
M.P., Femme Majuscule








Natasha  Solomons est née en 1980 en Angleterre.
Elle vit actuellement dans le Dorset où elle travaille avec son mari comme scénariste.
Publications :
Jack Rosemblum rêve en anglais.
Le Manoir de Tyneford
La galerie des maris disparus