samedi 9 juin 2018

208 - "Qui a piqué mon fromage ?" de Spencer Johnson






Le changement, mode d'emploi à la manière américaine !


Il s’agit d’un Best-seller américain de Spencer Johnson qui donne de manière ludique et métaphorique quelques techniques sur la conduite du changement.

C'est raconté sous forme de conte :

"Il était une fois…" 
4 personnages :
- deux souris malicieuses : Flair et Flèche
- et deux liliputiens imbus d'eux-mêmes : Polochon et Balluchon.







Ils évoluent tous les quatre dans un labyrinthe qui représente le cadre de notre vie : le foyer, l'entreprise, la société.







Le fameux fromage symbolise l'objectif personnel, professionnel, ou sociétal qui anime chacun.

Nos quatre protagonistes découvrent un jour une grande quantité de fromage délicieux.
Une routine agréable s'installe. Chacun mange à sa faim, dans le confort le plus absolu, jusqu'au jour où … le stock de fromage diminuant petit à petit finit par s'épuiser complètement.








Comment vont réagir les 4 personnages face à ce manque ?

Comme eux, nous constatons que nous avons tous tendance à créer des routines (confortables) et que nous nous trouvons déstabilisés lorsque celles-ci changent.

Cette fable nous invite à savoir nous adapter, à ne pas s'attacher avec l'énergie du désespoir à quelque chose qui est révolu (perte d'emploi, perte d'un être aimé, perte de santé, etc...)  et à s'adapter pour tendre vers quelque chose de mieux ou de différend.








Le changement est inéluctable alors autant savoir y faire face !

Anticiper le changement : renifler régulièrement le fromage afin de savoir quand il devient trop vieux.

Changer : bouger avec le fromage qui change de place…

Etre toujours prêt à repartir pour découvrir de nouvelles opportunités

Prendre une nouvelle direction pour augmenter les chances de trouver le nouveau fromage.

Avant même de l’avoir trouvé, se visualiser avec un nouveau fromage. Et cette image positive nous aidera à trouver une solution.



Une question essentielle est posée par l'un des personnages au cours de sa quête d'un nouveau fromage et elle me paraît essentielle :
"Que ferais-tu si tu n'avais pas peur ?"



Vous pourrez être dérouté par l'écriture simplette, enfantine de cet ouvrage. Néanmoins, il véhicule des idées intéressantes qu'il est utile de connaître…


Merci à Norbert qui m'a offert ce livre (en espagnol ! "Quién se ha llevado mi queso")








Spencer Johnson est né aux Etats Unis le 01.01.1940

Il est diplômé en psychologie en 1963  (Université de Californie du Sud) et obtient un doctorat en médecine au Royal College of Surgeons.

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur le développement personnel :
Le Manager Minute
Qui a piqué mon fromage
Le précieux présent
...



vendredi 1 juin 2018

207 - "L'écureuil des vignes" de Jean Anglade






L'histoire d'un médecin de campagne en Ardèche, au 19ème siècle… Passionnant !



Dans ce roman, Jean Anglade nous transporte dans les années 1830, au sein des volcans d'Auvergne.

Les hasards de la vie mènent vers la médecine, le fils d'un tailleur de lave, le jeune Sylvain Sahut, qui pour cause d'asthme tenace ne peut prendre la suite de son père qui exerce à Volvic.






A l'époque, les études médicales étaient dispensées à l'Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand.

Le chirurgien chef était un certain Jean-Baptiste Fleury qui avait une méthode bien à lui pour détecter les talents de ses étudiants !  Il pratiquait des épreuves destinées à vérifier d'une part leur sens de l'observation, de l'autre leur capacité à résister aux manœuvres les plus répugnantes.

Je ne vous en dirai pas plus, pour que vous puissiez apprécier l'imagination de cet homme !!!
Fou-rire-ga-ran-ti !








Il faut croire que le jeune Sylvain avait du talent car il devient  officier de santé au Mont-Dore, puis ouvre un cabinet médical dans un bourg des Combrailles, Saint-Gervais.

 Mais c'est sans compter sur la concurrence des rebouteux, des magnétiseurs, sages-femmes et autres sorciers qui s'acharnent à lui rendre la vie impossible,  tant les superstitions et les croyances étaient vivaces à cette époque.

Il faut dire également que les gens dans cette contrée  cherchaient à éviter au maximum le recours au médecin et préféraient se soigner par eux-mêmes en utilisant toutes sortes d'expédients. Bonjour l'hygiène !

Pourtant, le dévouement, la prudence et les compétences de Sylvain Sahut favorisent  peu à peu son intégration, ce qui nous vaut de bien belles pages sur le quotidien d'un médecin de campagne, à savoir une vie remplie de joies mais aussi pavée d'embûches !





Les années passant, voici notre médecin en quête d'une épouse pour fonder un foyer.
Hélas, ce projet échouera...

Après son échec conjugal, Sylvain se réfugie dans une congrégation : "Notre-Dame-des-Neiges" suffisamment renommée pour attirer des gens comme l'écrivain écossais Robert Louis Stevenson et Charles de Foucauld et où il restera jusqu'à la fin de ses jours, se dévouant au service de la communauté religieuse.



Abbaye Notre-Dame-des-Neiges



"Tout l'humanisme de Jean Anglade se retrouve dans ce roman. Un ton et une présence étonnante pour un roman généreux".
Critique de "Côté Femme"


Un régal !!! Je vous le conseille...









Jean Anglade est né le 18 mars 1915, dans la ville d'Escoutoux près de Thiers et mort le 22 novembre 2017 à Clermont-Ferrand, à l'âge de 102 ans.

Il passe son enfance dans le Puy de Dôme. Sa mère est alors servante et son beau-père charretier (son père naturel était ouvrier maçon mais meurt à Cléry en 1916 sur le front de la Somme).

Par la suite, Jean Anglade intègre l'école normale d'instituteurs de Clermont-Ferrand et fait des études en parallèle, de façon autodidacte, pour devenir professeur de lettres et obtenir une agrégation d'italien. Son recueil de poèmes, intitulé Chants de guerre et de paix, est publié en 1945.


Amoureux de l'Auvergne, l'écrivain s'en fait le chantre dans de nombreux ouvrages où se mêlent humour, saveur et dépaysement. Depuis 1952, il rédige de nombreux romans (plus d'une cinquantaine) qui dépeignent des figures particulièrement humaines et attachantes.







dimanche 27 mai 2018

206 - "Le col de l'oubli" de Martin de la Soudière






Une saga poétique, prétexte à un pur hommage à la Lozère…



L'auteur Martin de la Soudière, ethnologue du milieu rural, nous fait partager sa passion pour la Lozère,   à travers la saga émouvante d'une famille d'origine espagnole : Rafael et Eulalia Arroyo, un jeune couple originaire du nord de l'Aragon, habitant un petit village dénommé Alcampo près de Huesca.




Nous sommes en 1915.
En Aragon, l'aridité est partout.


Extrait : (page 15)
"Au voyageur jadis, ils lui semblaient punis, tant ici la géographie semblait chiche et sévère la Nature. Posés sur la meseta espagnole ou accrochés à flanc de colline, les bourgs s'ouvraient sur un espace où des terres incertaines, landes ou quasi-steppes que ne parcouraient que des troupeaux de chèvres et de brebis, semblaient le disputer à des terroirs ingrats et pierreux."



Nos jeunes amoureux Rafael et la belle Eulalia Arroyo n'hésitent plus : ils vont quitter cette région ingrate.
L'un de leur cousin s'est exilé en France et la vie là-bas paraît bien plus facile. "... pourquoi pas nous ?"...Ils iront le rejoindre…

Un beau matin de juillet, les voilà partis tous les trois : Rafael, Eulalia (enceinte) avec dans ses bras Teresa leur premier enfant, accompagnés de l'âne Pepe qui se fatiguera plus vite que ses maîtres et qui restera à Bagnères-de-Luchon au bout de ces trois semaines de marche éprouvante.

Quelques heures de train et les voilà à Béziers où les attend le cousin Alfredo.

Eulalia donne naissance à son second enfant qu'elle prénommera Paul pour faciliter son intégration.
Rafael et Eulalia ne lui parleront jamais castillan ou catalan…

(photo d'illustration : ce mignon petit garçon n'est pas Paul !)



Paul Arroyo, le protagoniste du "Col de l'Oubli", est celui dont l'auteur Martin de la Soudière a décidé de mettre ses pas dans les siens…
Ils partagent tous les deux la passion pour une même terre : la Lozère où Paul s'installe une fois adulte et qu'il adopte avec un enthousiasme incroyable.


A travers le portrait et l'itinéraire passionnant de Paul Arroyo, l'auteur nous emmène par les sentiers de cette campagne profonde, originelle, pure. Il nous ballade par tous les temps (bien souvent la neige) et cette ballade a à la fois un parfum rugueux et tendre.




La poésie nous cueille au détour de ces magnifiques paysages et à l'occasion des rencontres insolites avec les autochtones qui permettent de comprendre l'étroite relation entre la terre et les gens modelés par le climat.

C'est un reflet des lieux et des êtres qui forment un tout.




Et l'Espagne, dans tout ça, me direz-vous ???

Extrait : (page 128)
"Paul se montre surpris, c'est peu de le dire, stupéfait : l'Espagne, il n'y pense pratiquement jamais"

Les dernières pages du "Col de l'Oubli" nous réservent encore de belles surprises que je ne vais évidemment pas vous dévoiler…





Ce qui m'a bouleversé dans ce livre, c'est de constater que l'on peut adopter un lieu qui n'est pas celui de notre origine et que l'on peut vivre cette situation avec un bonheur sans égal. Ce qui est mon cas !
Aristote concevait en effet que chaque être a son propre lieu dans l'espace, son "topos" exclusif qui lui appartient de plein droit.




Trouver sa place en ce vaste monde ! Quelle belle leçon…
A lire et à relire sans modération.


Un grand merci à mon amie Martine (la blonde pétillante sur la photo "Profil", dans la marge de droite) qui m'a offert ce livre.




Martin de la Soudière à droite sur la photo



Martin de La Soudière est ethnologue (chargé de recherche au CNRS), spécialiste du monde rural.

Il a publié notamment Poétique du village. Rencontre en Margeride (2010).  Lignes secondaires (2008).  Au bonheur des saisons. Voyage au pays de la météorologie (1999).   À la recherche d'une morte saison (1987).

 Outre des travaux sur l’écriture de la recherche (avec Martyne Perrot) et sur l’enquête de terrain, il mène des enquêtes dans les régions de moyenne montagne françaises : dans le Massif central (Lozère et Cantal), le Haut-Jura, et les Pyrénées.



... 





mercredi 23 mai 2018

205 - "Tu me manques" de Harlan Coben







Un livre suspens avec un goût de "déjà vu" !



Quelquefois comme ça, j'ai des rechutes !
Je m'étais promise de ne plus lire de Harlan Coben, tant sa production devenait insipide, mais voilà que je me suis laissée tentée avec celui-ci, encouragée par de bonnes critiques.

Hélàs pour moi !
Avec Harlan Coben, c'est toujours la même trame : "on prend les mêmes et on recommence !" : un ou une gentille à qui il arrive la pire des choses, une disparition, un rapport avec le passé, des secrets à tiroirs (et où on comprend que le ou la gentille n'est pas si gentil !) etc...

Dans "Tu me manques"  la mise en place est longue mais bien construite, on est ferré !
 Coben sait nous tenir en haleine et on s'en veut de mordre à ses grosses ficelles.
Après cette première partie réussie, une suite de coïncidences et de hasards empêche d'accrocher à l'histoire. Cela paraît trop superficiel.



Voici l'histoire :
Kat est officier de police comme son père. Ce dernier a été assassiné.
Kat émet des doutes quant à la véracité de la version officielle.

Pour lui changer les idées son amie Stacy l'inscrit sur un site de rencontres.
(après cette lecture, on doit hésiter à s'inscrire sur un site de rencontres !)
Kat un peu réticente finit par céder et se connecte.
Et soudain, quel hasard ! Elle tombe soudain sur Jeff, son premier amour.

Celui l'a quittée sans un mot juste après le meurtre de son père, il y a dix-huit ans.
Après un premier contact froid et tendu,  le doute s'installe. Qui est-il vraiment ?

Au même moment (encore le hasard !) un adolescent vient lui faire des révélations troublantes.
Des révélations qui bousculent les apparences, ébranlent les certitudes et font ressurgir le passé.
Cette démarche fera ressurgir d'effroyables fantômes ainsi que bien des secrets jusque là enfouis.



J'avais beaucoup aimé "Ne le dis à personne".

Si vous n'avez jamais lu cet auteur, je vous conseille plutôt  :
"Ne le dis à personne"
De loin, le meilleur de toute sa phénoménale production.









Né en 1962, Harlan Coben vit dans le New Jersey avec sa femme et leurs quatre enfants.
Diplômé en sciences politiques du Amherst College, il a rencontré un succès immédiat dès ses premiers romans, tant auprès de la critique que du public.


Il est le premier écrivain à avoir reçu le Edgar Award, le Shamus Award et le Anthony Award, les trois prix majeurs de la littérature à suspense aux États-Unis.


Il est notamment l'auteur de Ne le dis à personne... (Belfond, 2002) qui a remporté le prix des Lectrices de ELLE et a été adapté avec succès au cinéma par Guillaume Canet. Il poursuit l'écriture avec plus d'une vingtaine d'ouvrages, dont récemment, Ne t'éloigne pas (2013), Six ans déjà (2014), Tu me manques (2015) et Intimidation (2016), publiés chez Belfond. Ses livres, parus en 40 langues à travers le monde, ont été numéro un des meilleures ventes dans plus d'une douzaine de pays.




dimanche 20 mai 2018

204 - "Snjór" de Ragnar Jónasson






Thriller rafraîchissant en cas de canicule



Accrochez-vous, parce que là-bas à Siglufjör (entraînez-vous à le dire à haute voix, sans postillonner !), ville perdue au nord de l'Islande, il fait plus que froid. On gèle !!!




Normalement, il ne s'y passe jamais rien, mais certainement en l'honneur de Ari Thór qui y est envoyé en mission pour sa première affectation dans la police, il va y avoir 2 morts suspectes…

Celle d'un vieil écrivain qui fait une chute mortelle dans un théâtre, et celle d'une femme retrouvée poignardée et à moitié nue dans la neige.

Pour une première affectation, Ari est servi ! Bien que jeune et maladroit il est  prêt à tout pour mener à bien sa mission.  Il faut préciser qu'il a délaissé sa vie personnelle et laisser choir sa fiancée Kristin,  qui se refusait à le suivre dans ce « trou perdu" pour "accomplir son destin d'enquêteur".




Et le voilà tout émoustillé pour résoudre ces deux énigmes au milieu de mensonges et des nombreux secrets de cette communauté à l'apparence si tranquille. La loi de l'omerta règne dans cette petite ville de province. Parce que voyez-vous là-bas, les étrangers (l'inspecteur vient du sud) on ne les aime pas beaucoup.

C'est donc dans ce lieu hostile (le temps, les gens, les rivalités) que va se dérouler l'enquête.
Les pistes sont nombreuses mais… ce ne sont jamais les bonnes. Tant mieux, cela nous permet de nous perdre dans les paysages magnifiques de ce pays. L'atmosphère prend une place aussi importante que l'enquête elle-même où il n'y a ni brutalité ni violence.





Fermez les yeux  et laissez vous embarquer en Islande !
Après tout, pour moi, lire et voyager sont pratiquement deux activités complémentaires…









Ragnar Jónasson est un jeune auteur, né à Reykjavik et qui a traduit plusieurs oeuvres d'Agatha Christie avant d'écrire ses propre romans.
Sa famille est originaire de … Siglufjördur.









dimanche 13 mai 2018

203 - "Les conquérants du monde ancien" de Pierre-B. Décaillet




Qui étaient-ils ? Voici l'histoire oubliée des premiers migrants en Algérie...




Je suis l'arrière petite-fille de Francisco FLORIT ORFILA né à Alaior, petit village de Minorque qui émigra en Algérie dans les années 1850 pour fuir la misère.
Il était ouvrier agricole.

Dire que le livre de Pierre B. DECAILLET m'a passionnée est un euphémisme. Car l'auteur a comme moi un ancêtre venu d'Alaior. Etant donné la petitesse du village d'Alaior, je me suis demandée si je n'étais pas une petite cousine éloignée de l'auteur !!!





Ce livre raconte donc l'odyssée de ses deux arrière-grands parents :
- d'une part l'aventure absolument rocambolesque de Barthélémy Melia (les cigarettes Melia, c'est lui !) venu donc de Minorque, depuis le Port de Mahon.







- d'autre part, celle de Nicolas DECAILLET, enseignant, venu du Valais Suisse, qui s'est rendu célèbre en aménageant sur ses terres à Rouïba : "l'école pratique d'agriculture et de viticulture"

Nicolas Décaillet  :  1832 Salvan en Valais - 1912 Rouïba




Bien que la vie à cette époque était très rude, le roman n'est pas larmoyant, loin de là !

Les aventures des personnages s'enchaînent sans temps mort, étroitement liées à l'Histoire ce qui nous amène à reconsidérer l'étrange attitude de la France pendant cette période !

Un livre que je vous recommande !

Vous le trouverez facilement sur Amazon...



jeudi 19 avril 2018

202 - "L'empoisonneuse d'Istanbul" de Petros Markaris






Sur fond de trame policière, Petros Markaris nous dévoile ici les motifs de dissension entre la Grèce et la Turquie.



Le Commissaire Kostas Charitos se débat dans une crise familiale grave ! Pensez donc, Katérina, sa fille a décidé de se marier civilement sans passer pas la case religieuse...  Pour oublier cette situation insupportable, il décide d'une petite escapade à Istanbul en compagnie de Adriani son acariatre épouse. Ce petit séjour turque devrait les requinquer.






Mais c'est sans compter sur Maria Chabou, une nonagénaire soufreteuse qui a décidé de revenir à Istanbul empoisonner ceux qui l'ont humiliée lorsqu'elle était une orpheline Roum et pourrir ainsi les vacances du Commissaire Charitos...





Celui-ci, bon gré mal gré, va devoir collaborer avec Murat, un jeune policier turc, né en Allemagne, mariée à une intellectuelle athée qui a décidé de porter le tchador pour revendiquer tout simplement son droit à la liberté de faire ce qu'elle veut, comme elle veut, quand elle veut...

L'enquête des deux compères va nous permettre de découvrir Istanbul, ses rues étroites et encombrées, ses tavernes, ses habitants, sa gastronomie.






Petros Markaris met en scène aussi et surtout cette fameuse communauté Roum, (les Grecs de Constantinople) qui ont subi tant de persécutions, accusés d'être Grecs en Turquie et Turcs en Grèce !  et dont est issue Maria notre empoisonneuse de tyropita...






Au fil des chapitres, notre commissaire va révéler toute son humanité et son empathie pour la meurtrière qui au soir de sa vie est revenue au pays se faire justice.



Cette enquête est agréable à lire pour ceux qui connaissent Istanbul. Ils reconnaîtront avec plaisir les lieux et l'ambiance de la ville. Quant aux autres, une fois le livre fermé, ils n'auront qu'une envie : y aller !!!









Né en 1937 (81 ans) à Istanbul, Petros Markaris a étudié l'économie avant de commencer à écrire.
Auteur de théâtre, créateur d'une série très populaire pour la télévision grecque, il a collaboré comme scénariste avec le réalisateur Théo Angelopoulos et a traduit en grec des œuvres littéraires de Brecht et de Goethe.
Les enquêtes du commissaire Kostas Charitos sont largement traduites et sont des best-sellers en Grèce et en Allemagne.



...


dimanche 1 avril 2018

201 - "Des forêts et des âmes" de Elena Piacentini





L'industrie pharmaceutique sur le banc des accusés...


Je ne connaissais pas l'auteur : Elena Piacentini, mais je sens que je vais en devenir addict !
Je précise que malgré son nom qui sent bon la Corse, Elena vit sur "le continent", plus précisément à Lille où se déroule le début de l'action "Des forêts et des âmes".

L'histoire démarre avec un "accident" (?) de voiture. Mais est-ce un accident ?
La jeune Aglaé appartenant à la PJ de Lille a été renversée par une voiture, le chauffard a pris la fuite et la jeune femme est plongée dans le coma.

Le commandant Leoni a des doutes d'autant que le passé de la jeune cyber-policière comporte plus d'une zone d'ombre. L'enquête sur Aglaé va mener Leoni, flanqué de son amoureuse Eliane (la médecin légiste) dans les superbes forêts vosgiennes et en particulier dans une clinique qui semblait fort intéresser Aglaé.




Que cherchait-elle ?

Petit à petit, Leoni se rapproche du sujet et ... dangereusement d'un grand laboratoire pharmaceutique qui exploite une molécule "miracle" sensée lutter contre la dépression.
Beaucoup d'argent est en jeu et avec lui ses corollaires : pouvoir, dissimulation, manipulation, intimidation, corruption en tout genre et pourquoi pas : le crime !

A la fin du livre,  il y a une synthèse de la situation actuelle de l'univers pharmaceutique essentiellement mercantile qui a servi de base pour cette fiction.






L'auteur Elena Piacentini nous sert des personnages attachants et simples, comme la grand-mère de Leoni qui malheureusement s'exprime beaucoup en dialecte corse non traduit... Les descriptions sont parfois poétiques et l'intrigue est bien menée.




Bref, une lecture que je recommande !








Elena Piacentini est née à Bastia (Corse) le 05.11.1969
Elle vit à Lille comme Leoni le héros de ses livres

- Un Corse à Lille
- Art brut
- Vendetta chez les Chtis
- Carrières noires
- Le cimetière des chimères
- Aux vents mauvais
...


...




jeudi 22 mars 2018

200 - "Le beau mystère" de Louise Penny





Une atmosphère particulière...


Caché au creux d’'une forêt sauvage du Québec, le monastère Saint-Gilbert entre- les-Loups n’'admet aucun étranger.
Vingt-quatre moines y vivent cloîtrés, prient et chantent selon un rituel immuable.
Ils cultivent des légumes, élèvent des poules et fabriquent un chocolat délicieux.




Mais la particularité de cette communauté qui a fait vœu de silence tient au ... chant !!!
En effet, le monastère Saint-Gilbert entre-les-Loups est devenu célèbre grâce à un CD (un seul !) de ses chants grégoriens issus du Moyen-Age envoûtants et mystérieux, dont l’'effet est si puissant qu’'on le nomme "“le beau mystère".





 La sérénité de ce lieu religieux  est rompue lorsque le chef de chœur est retrouvé assassiné.

 L'inspecteur Gamache et  son adjoint Jean-Guy Beauvoir sont chargés de l'enquête

Ils cherchent quel est le maillon faible dans ces vies consacrées a l’'amour de Dieu.

Cette retraite forcée va les placer devant leurs propres failles.

L'auteur Louise Penny décrit avec justesse cette ambiance singulière.
Elle propose une incursion dans l’univers d’un monastère et les tréfonds de l’âme humaine




Ses explications sur le chant grégorien sont très fournies.

 Elle a  reconstitué avec un art consommé les séquences complexes du plain-chant.


Cette intrigue sort de l'ordinaire et malgré la lenteur du récit, je recommande cette lecture...







Louise Penny est née à Toronto (Canada) en 1958.
Elle a longtemps travaillé comme journaliste à la radio anglaise de Radio-Canada avant de se consacrer à l'écriture. 

« En plein cœur », le premier titre de sa série avec l'inspecteur Armand Gamache  a remporté un nombre remarquable de prix et les ouvrages suivants ont confirmé ce succès.

Ses romans figurent aux palmarès des meilleures ventes.

Elle demeure à Sutton au Québec où se situe le décor des principales enquêtes de son inspecteur.

Les livres de cette série lui ont valu quatre fois de suite (2007–2010) le prix Agatha pour le roman policier de l’année.


samedi 10 mars 2018

199 - "Femme de tête" de Hanne Videke Holst





Le monde politique : son univers impitoyable !!!



Après : "L'héritière"  (ma critique N° 137 du 01.09.2016) et "Le Prétendant" (ma critique N° 198 du 04.03.2018) Hanne Vibeke Holst poursuit le parcours de ses personnages fétiches dans "Femme de tête".

C'est ainsi que nous retrouvons :
-  la porte-parole des sociaux-démocrates danois : la rafraîchissante Charlotte Damgaard
-  la très charismatique présidente du parti : Elisabeth Meyer, une femme brillante, redoutée de tous, y compris de son mari qui l'adore aveuglément...
- et la jeune Yasemin, assistante parlementaire d'origine turque

La campagne pour la place suprême de Premier Ministre du Danemark fait rage quand Elisabeth Meyer constate, abasourdie, qu'elle est atteinte d'Alzheimer...

Alors que ses souvenirs s'effritent petit à petit et que les mots se bousculent dans sa bouche, son principal défi est de cacher sa maladie à son entourage politique, aux médias et même à ses proches qui la trouvent de plus en plus étrange et inquiétante.

Un véritable parcours du combattant va s'engager dans une atmosphère électrique où les attentats racistes se multiplient.

Elisabeth Meyer face à la montée de l'extrémisme et des attentats a la répartie cinglante, de celle  qui envoie au tapis ses adversaires les plus aguerris. Elle ne fait pas de concession.


 Au fil des pages, le lecteur  s’immisce dans sa vie privée.  Il y découvre son passé dans une famille juive, un passé qu'elle a toujours refoulé et caché, le développement de sa maladie et ses corollaires, le doute, la vulnérabilité, la faiblesse.



 Un suspense politique prenant qui embrasse les problématiques contemporaines !   J'ai adoré !!!







Hanne-Vibeke Holst est née le 21 Février 1959 à Hjorring au Danemark.

Elle a été journaliste politique avant de se consacrer pleinement à l'écriture.
Elle s'est illustrée par son engagement pour la cause des femmes.
Actuellement, elle siège comme membre de la Commission danoise de l'UNESCO.

Ses romans sont des best-sellers vendus à plus d'un million d'exemplaires et traduits en plusieurs langues.


dimanche 4 mars 2018

198 - "Le Prétendant" de Hanne Vibeke Holst





Au Danemark, la quête effrénée du pouvoir



Après avoir lu "L'Héritière" (voir ma critique N° 137 du 01.09.2016), je me suis plongée avec délice dans le deuxième tome d'Hanne Vibeke Holst qui réunit les mêmes personnages.


Au Danemark en novembre 2001, le parti social démocrate subit une défaite écrasante lors des élections.




Le Premier ministre Per Vittrup est renversé au profit d'un gouvernement social libéral.

Cet échec est l'occasion pour Gert Jacobsen,  ex-ministre des Finances, de briguer la tête du parti et de se lancer dans une ambitieuse course à la popularité pour s'attirer les suffrages.
Il est... irritant d'intelligence, de culture et de séduction !

Mais l'homme dissimule une part d'ombre dont sa femme, la bouleversante Linda, ne cesse de faire les frais, encaissant les coups et noyant son amour masochiste dans l'alcool.
Au fil des pages, nous espérons que les violences exercées depuis trente ans, soient révélées au grand jour. Mais que nenni, ma brave dame !
Voilà un secret bien gardé... par l'épouse elle-même qui est dans le déni le plus total.
Ce n'est donc pas cela qui fera tomber le "Prétendant", pitoyable mari violent.







Le "grain de sable" s'appellera Yasemin, d'origine kurdo-turque.
 Elle est sa nouvelle et très belle stagiaire, brillante étudiante en politologie.
C'est pour elle, qu'il perdra tout contrôle... et que cela (heureusement !) lui sera fatal.






"Le Prétendant" est une plongée dans les arcanes du pouvoir et des guerres sans merci que se livrent tous ces hommes et femmes affamés de pouvoir. Entre coups bas et sordides manipulations, la vie politique danoise en prend pour son grade.

Mais si la politique est le fil conducteur du roman, nous y trouvons aussi d'incroyables portraits de femmes dans un contexte social agité :  Linda, la femme battue ,  Elisabeth Meyer, le membre le plus viril du gouvernement ! Charlotte Damgaard, la fée clochette,  Yasemin, la jeune stagiaire d'origine turque, etc...

Je vous conseille de lire "Le Prétendant", les pages se tournent toutes seules, sans temps mort,  un véritable intérêt pour la vie de ces personnages terriblement humains.



 Un pavé délectable de 750 pages !!!











Hanne-Vibeke Holst est née le 21 Février 1959 à Hjorring au Danemark.

Elle a été journaliste politique avant de se consacrer pleinement à l'écriture.
Elle s'est illustrée par son engagement pour la cause des femmes.
Actuellement, elle siège comme membre de la Commission danoise de l'UNESCO.

Ses romans sont des best-sellers vendus à plus d'un million d'exemplaires et traduits en plusieurs langues.



...